Vivre au XIXe siècle : un monde qui change

Disciplines
Culture littéraire et artistique, Langage oral et écrit, Etude de la langue et Histoire des arts
Niveaux
4ème.
Auteur
N. CELLIER
Objectif
Connaître les caractéristiques de la nouvelle.
Découvrir les auteurs du XIXe siècle.
Lire efficacement en consolidant sa culture littéraire.
Améliorer son lexique.
S'exprimer à l'écrit pour raconter, décrire, expliquer ou argumenter de façon claire et organisée.
Savoir réaliser et présenter un diaporama.
Relation avec les programmes

Cycle 4 - Programme 2016

  • Lire des œuvres littéraires, fréquenter des œuvres d'art.
  • Élaborer une interprétation de textes littéraires.
  • Exploiter des lectures pour enrichir son écrit.
  • Connaitre les aspects fondamentaux du fonctionnement syntaxique.
  • Organiser un écrit en fonction des règles propres au genre du texte à produire et à son support.
  • Identifier les classes de mots et mise en évidence de leurs propriétés.

Socle commun de connaissances, de compétences et de culture

  • Employer à l'écrit comme à l'oral un vocabulaire juste et précis.
  • Pour acquérir des connaissances et des compétences, mettre en œuvre les capacités essentielles que sont l'attention, la mémorisation, la mobilisation de ressources, la concentration, l'aptitude à l'échange et au questionnement, le respect des consignes, la gestion de l'effort.
  • Savoir se constituer des outils personnels grâce à des écrits de travail, y compris numériques : notamment prise de notes, brouillons, fiches, lexiques, nomenclatures, cartes mentales, plans, croquis, et s'en servir pour s'entraîner, réviser, mémoriser.
  • S'exprimer à l'écrit pour raconter, décrire, expliquer ou argumenter de façon claire et organisée.
Dates
Créée le 09 août 2018
Modifiée le 29 août 2018
Statistiques
532 téléchargements
7 coups de coeur
Licence
CC-BY-NC-SALicence Creative Commons : Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Partage des conditions initiales à l'identique ?.

Thématique : Regarder le monde, inventer des mondes : La fiction pour interroger le réel
Comprendre l’esthétique réaliste et sa façon d’interroger le réel, de critiquer la société.

Problématique : Quelles évolutions de la société les personnages de roman incarnent-ils ?

Manuel Hatier, collection "Colibris" pp. 14 à 19; 34 à 58.

Lecture cursive : une version abrégée d'un roman de Zola au choix (Oeuvres&thèmes, Classiques Hatier ) :
- Au Bonheur des Dames (1883)
- Germinal (1885)

Déroulement des séances

1

Introduction

Dernière mise à jour le 29 août 2018
Discipline / domaine
Culture littéraire et artistique
Objectif
- Vérifier les acquis : lecture / schéma narratif
- Lire, comprendre et interpréter des textes littéraires en fondant l'interprétation sur quelques outils d'analyse simples.
- Lire et exploiter un article de dictionnaire
- Rédiger une synthèse
Durée
220 minutes (3 phases)
Matériel
Manuel de la classe : Hatier 4e, collection "Colibris", 2017 : pp. 14-19
Dictionnaire
Informations théoriques
Guy de Maupassant "Aux Champs" (1883)
- lecture efficace
- schéma narratif
- lecture et analyse d'un article de dictionnaire : "nouvelle"
- AP : Mise en place d'un travail annuel sur le lexique
- HDA : Interpréter une adaptation filmique

1. Prise de contact et AP

individuel | 55 min. | réinvestissement

AP : Lire un article de dictionnaire

Vérification des acquis :

Support : deux articles de dictionnaire : "article" et "nouvelle"

  • connaître et savoir exploiter les différents parties d'un article de dictionnaire
  • comprendre les abréviations
  • connaître la notion de polysémie

Consolidation

TAF : Se procurer un cahier de lecture.

Lecture attentive de la nouvelle de Maupassant "Aux Champs", in Contes de la bécasse : manuel pp. 14 à 19

  • Réaliser le schéma narratif à partir de ses acquis.
  • Rédiger une fiche de lexique à partir de la liste de mots  donnée par le professeur. 

2. Vérification et évaluation

groupes de 4 | 55 min. | mise en commun / institutionnalisation

Vérification du lexique puis exercices d'évaluation : Dictée de mots et écriture de cinq phrases pour illustrer cinq mots de la liste.

En îlots

Méthodologie : Mise en place du travail en îlots (Consignes, répartition des rôles et évaluation continue)

Travail en îlots (de 4) : Les élèves comparent et améliorent leur travail / Un groupe proposera une correction à la classe

Correction du schéma narratif :

SI :  Deux familles de paysans, pauvres, les Tuvache et les Vallin, vivent en très bon voisinage en partageant toutes leurs tâches.

EP :  Un couple riche, les d’Hubières, s’arrête devant les chaumières et s’intéresse aux enfants.

P :  -  Mme d’Hubières revient plusieurs fois voir les enfants

      -  Mme d’Hubières propose à la famille Tuvache d’adopter un de leur fils et essuie un refus.

      -  La seconde famille accepte un arrangement financier et les d’Hubières emmènent Jean.

      -   Mme Tuvache trouve l’attitude des Vallin inadmissible et leurs relations se dégradent

       -  Grâce à l'argent de la famille riche, la famille Vallin vit mieux tandis que la famille Tuvache s'enfonce dans l'indignation et la misère.

ER :  Environ vingt ans plus tard Jean, le fils adopté, revient chez ses parents

SF : Charlot, le fils Tuvache, jaloux de son voisin, regrette la décision de ses parents et quitte le foyer en leur reprochant de pas lui avoir permis une telle existence.

Résumé : Dans la campagne normande, deux familles pauvres, les Tuvache et les Vallin, vivent dans deux maisons voisines avec leurs enfants. Un jour, un couple de bourgeois qui n’a pas d’enfants s’arrête devant les chaumières et la femme tombe sous le charme de ces enfants. Le couple d’Hubières revient les voir régulièrement, les gâte, et finit par demander aux Tuvache s’ils peuvent acheter leur plus jeune fils, Charlot. La mère Tuvache refuse, si bien que le couple fait la même demande aux Vallin. Après réflexion, ils acceptent. Les Tuvache et les Vallin sont dès lors brouillés. La mère Tuvache insulte même ses voisins, se présentant comme la mère modèle, alors qu’en réalité elle est jalouse de l’argent qu’ils perçoivent. Des années passent et une voiture s’arrête devant les chaumières. Jean Vallin revient voir ses parents biologiques. Charlot reproche à ses parents d’avoir refusé de le confier aux d’Hubières et s’enfuit.

TAF : Préparer fiche de lecture de la nouvelle (Méthode donnée)

3. Synthèse

collectif | 110 min. | mise en commun / institutionnalisation

Mise en commun des fiches de lecture

Vérification de la compréhension du texte, de sa visée.

Eléments de conclusion (cf. Livre du Prof)

  • Maupassant ne prend aucun parti dans cette nouvelle, mettant au même niveau les pauvres et les riches. Les paysans ont un comportement bestial, leur langue est déformée, leurs enfants se vautrent dans la poussière, leur intelligence est limitée : les parents Tuvache sont stupéfaits et sans idées (p. 16, l. 47).
  • Les Vallin acceptent de vendre leur enfant pour de l’argent, tandis que les Tuvache se montrent d’une jalousie maladive, regrettant presque finalement de ne pas avoir cédé leur fils. Quant aux d’Hubières, ils ne sont pas moins critiquables, prétendant tout acheter avec de l’argent, même un enfant.
  • Dans cette nouvelle, Maupassant montre que le milieu social dans lequel on est élevé est plus important que l’origine sociale : Jean Vallin, l’enfant vendu, est devenu un monsieur (l. 39) tandis que Charlot est resté un rustre. L’argent apparaît comme une valeur déterminante dans le calcul des d’Hubières et celui des Vallin, dans la jalousie des Tuvache, dans la colère de Charlot. Le cynisme est à son comble lorsque Jean Vallin revient voir ses parents et leur témoigne de la gratitude.
  • C’est par son cynisme et son absence de condamnation que la morale de cette histoire est plutôt pessimiste.

Rédaction d'une synthèse sur la nouvelle réaliste.

Mise en place du cahier de lecture : ses impressions sur la nouvelle puis chaque jour, quelques phrases concernant les lectures du jour (en classe et personnelles).

HDA : Interpréter l'adaptation de la nouvelle en récit filmique

Support: Adaptation de la nouvelle pour la télévision : film réalisé par Olivier Schatzy (2008) : 30mn

Analyse comparative des deux oeuvres et présentation du choix du réalisateur.

2

Les objectifs du romancier du XIXe siècle

Dernière mise à jour le 29 août 2018
Discipline / domaine
Culture littéraire et artistique
Objectif
- Comprendre quelles sont les ambitions du roman réaliste ou naturaliste au XIXe siècle en matière de représentation de la société .
- Réaliser une frise chronologique
- Rédiger une fiche biographique
Durée
55 minutes (1 phase)
Matériel
Manuel pp. 34-35
Informations théoriques
Présentation des auteurs
Lecture de l'image

1. Contextualisation du corpus de la séquence

collectif | 55 min. | découverte

Ouverture du chapitre (manuel pp. 34-35)

Découverte des auteurs du corpus de la séquence

Présentation d'un contexte et des objectifs

Support :  (livre du prof) Réponses aux questions
Encadré 1 • Selon les frères Goncourt et Émile Zola, le romancier du XIXe siècle a pour objectif d’offrir au public des romans qui s’inspirent de la réalité.

                    • On peut penser que les Goncourt vont plutôt s’attacher aux milieux populaires (ce livre vient de la rue).

Encadré 2 : Tableau de Jean Béraud, Paris, rue du Havre, 1882

• Ce tableau représente une rue de Paris, la rue du Havre, où se trouvent les grands magasins du Printemps. On y voit des passants affairés qui vaquent à leurs occupations.

Au premier plan, par exemple, une femme vient d’acheter des chapeaux. Derrière elle, de dos, un homme marche à vive allure ; les autres passants déambulent.

• Béraud présente sur un mode réaliste un Paris plutôt élégant : il s’agit de lieux existants et de personnages que l’on peut rencontrer dans la réalité. On note la précision des détails (bâtiments, personnages) avec le souci de restituer la modernité d’une époque qui voit naître les grands magasins. Le peintre ne poursuit pas tout à fait les mêmes objectifs que les romanciers réalistes : ceux-ci élargissent leur inspiration à tous les milieux sociaux et s’attachent souvent aux milieux défavorisés. Ils font un roman de la rue, un roman du peuple.

Présentation de la lecture cursive (3 semaines)

Deux oeuvres au choix, collection "Oeuvres&thèmes", Classiques Hatier, textes abrégés : Emile Zola Au Bonheur des Dames (1883)  ou Germinal (1885).

Méthodologie de la lecture accompagnée cf. manuel pp. 48-49 et fiche de lecture distribuée : Commencer un cahier de lecture qui servira pour toutes les oeuvres lues.

Sources : manuel Nathan, "Terre des Lettres", 4e, pp. 28 à 51 (Au Bonheur des Dames) et lelivrescolaire.fr, 4e, pp.146 à 167 (Germinal, roman et film)

Evaluation dans 4 semaines sous deux formes : Fiche de lecture personnelle, diaporama illustré à réaliser en binôme, en classe, avec un thème imposé et à présenter à la classe.

TAF : Lire le texte p. 36 en faisant une fiche de lexique (méthodologie distribuée avec liste des mots à rechercher) : vérification et évaluation à la prochaine séance.

          Trouver une idée pour faire une frise chronologique à afficher dans la classe

          Se procurer un cahier (de lecture) et une des deux oeuvres de Zola (texte abrégé !) à lire pour le ..../ 10/ 18

Rédiger la fiche de "Lecture accompagnée" pour Germinal en respectant le parcours proposé par le manuel pour Zola

3

Texte 1 : Rastignac, un jeune provincial ambitieux

Dernière mise à jour le 14 août 2018
Discipline / domaine
Culture littéraire et artistique
Objectif
- Lire, comprendre et interpréter des textes littéraires en fondant l'interprétation sur quelques outils d'analyse simples.
- Adapter sa lecture et la moduler en fonction de la nature et de la difficulté du texte.
Durée
165 minutes (2 phases)
Matériel
Manuel pp. 36-37; 41; 322-323; 330-331
Informations théoriques
Texte extrait du Père Goriot de Balzac (1842)
- Les temps du récit : valeurs du présent de l'indicatif ( + révision de la conjugaison)
- Le narrateur omniscient
- Les adverbes en -ment (premier rappel)

1. Comment Rastignac incarne-t-il le désir de réussite sociale ?

collectif | 110 min. | découverte

Lecture et vérification de la compréhension du texte

Petite évaluation sur le lexique : 15 mn

Dictée de mots et explication du sens de 5 expressions du texte : " il inventait les reparties", l. 8; "il préparait ses mots fins", l. 9; "les tiroirs ouverts de son cerveau [...] se fermèrent", l. 24, "la ténacité méridionale", l. 30.

Du latin au français : p. 37 : "Autour du mot ténacité" : à ajouter sur la feuille de lexique

Analyse du texte à partir des remarques des élèves

Support : Réponses aux questions (p.37)

Comprendre

• Rastignac est un étudiant de bonne famille mais sans fortune.

• En se rendant chez madame de Restaud, il effectue ses premières visites mondaines, avec l’intention de conquérir le grand monde.

Analyser

1. a. Le héros se prépare en prenant un soin extrême de sa toilette : il s’habilla fort élégamment (l. 1). Il pense à ce qu’il va dire à madame de Restaud : il inventait les reparties d’une conversation imaginaire, il préparait ses mots fins (l. 8-9). Il est à la fois fébrile (il marche avec mille précautions pour ne se point crotter, l. 6-7), surexcité et empli d’espérances (ces espérances étourdiment folles, l. 3) : c’est que son avenir (l. 11) est en jeu.

   b. Le narrateur omniscient effectue, au présent de vérité générale, un commentaire concernant l’état d’esprit de Rastignac : "en se livrant pendant la route à ces espérances étourdiment folles qui rendent la vie des jeunes gens si belle d’émotions : ils ne calculent alors ni les obstacles ni les dangers, ils voient en tout le succès, poétisent leur existence par le seul jeu de leur imagination ..." (l. 2-6). Ce commentaire à valeur générale sur l’enthousiasme et l’inconscience de la jeunesse permet de montrer que Rastignac a les qualités et les défauts des jeunes gens de son âge, et en tout cas qu’il est prêt à tout pour réussir.

2. Lorsqu’il arrive chez la comtesse de Restaud, Rastignac se sent regardé de façon méprisante parce qu’il arrive à pied et non en voiture : il reçut le coup d’œil méprisant des gens qui l’avaient vu traversant la cour à pied, sans avoir entendu le bruit d’une voiture (l. 17-19). Cette situation le met de mauvaise humeur (l. 24), il perd sur le moment tout son esprit (Les tiroirs ouverts de son cerveau et qu’il comptait trouver pleins d’esprit se fermèrent, il devint stupide, l. 24-25).

3. a. Le héros a sans doute des atouts physiques : il porte bien l’habit (s’habilla fort élégamment, l. 1), prend soin de ses vêtements (il doit faire cirer ses bottes et brosser son pantalon parce qu’il s’est sali, l. 12), se comporte en séducteur, persuadé qu’il réussira à attirer l’attention de madame de Restaud.

    b. Rastignac est ambitieux : il souffre de ne pas avoir d’argent et fonde son avenir (l. 11) sur le succès qu’il obtiendra auprès de madame de Restaud. Il témoigne de ténacité (cette ténacité méridionale, l. 30) et décide de ne pas abandonner la partie malgré le mépris dont il fait l’objet. Par ailleurs, Rastignac possède des qualités intellectuelles : il a de l’esprit (il préparait ses mots fi ns, l. 9) et manie la langue française avec aisance (il préparait [...] ses phrases à la Talleyrand, l. 9-10). On peut imaginer qu’il se fera une place dans le monde grâce à ses atouts, son ambition, sa détermination.

4. Cet extrait témoigne du réalisme balzacien : l’action se déroule dans des lieux existants (rue du Helder, Palais-Royal à Paris) ; le mode de vie de l’aristocratie parisienne est précisément évoqué : les maisons (des hôtels particuliers) possèdent une cour et une antichambre, un valet de chambre
annonce les noms des invités, les déplacements se font en cabriolets tirés par des chevaux fringants (un beau cheval richement attelé à l’un de ces cabriolets pimpants qui affichent le luxe, l. 21-22).

Bilan Le Père Goriot est un roman réaliste. L’action se déroule à Paris dans le quartier du Palais-Royal. Il conte l’histoire d’un jeune provincial ambitieux, souffrant d’un sentiment d’infériorité, d’une ténacité à toute épreuve et animé par le désir de réussite dans le monde de l’aristocratie.
 

TAF : Rédiger le bilan de la lecture analytique

Manuel pp. 330-331 : Revoir les valeurs du présent de l'indicatif

                                       Faire les exercices 1 et 4, p. 331.

2. Langue

collectif | 55 min. | entraînement

Correction du bilan.

Les valeurs du présent de l'indicatif

Manuel pp. 37, 330-331

Correction des exercices / Vérification des acquis

Révision de la conjugaison : pp. 326-327

TAF : Réviser les points de langue > Evaluation le ... / 09/ 18

 !!! Mettre en forme l'évaluation

Les adverbes en -ment

support : manuel p. 36; 41; 323-323 et pp. 40-41

Relevé des adverbes en -ment dans le texte 1 : "élégamment" (l. 1); "étourdiment" (l. 3); "richement" (l. 21) et "machinalement" (l. 28-29)

Rappels : formation et emploi

TAF : Lire attentivement le texte 2, p. 38

Compléter la feuille de lexique avec les mots mal connus voire inconnus.

4

Texte 2 : Le travail à la mine

Dernière mise à jour le 14 août 2018
Discipline / domaine
Culture littéraire et artistique
Objectif
- Découvrir des œuvres et des textes narratifs relevant de l'esthétique réaliste ou naturaliste .
- Pour construire ou vérifier le sens de ce qui est lu, combiner avec pertinence et de façon critique les informations explicites et implicites issues de la lecture.
- Lire, comprendre et interpréter des textes littéraires en fondant l'interprétation sur quelques outils d'analyse simples.
- Lire et comprendre des images fixes ou mobiles variées empruntées à la peinture, aux arts plastiques, à la photographie, à la publicité et au cinéma en fondant sa lecture sur quelques outils d'analyse simples.
Durée
110 minutes (2 phases)
Matériel
Manuel pp. 38-39 et 50-51
Informations théoriques
Texte extrait du roman de Zola Germinal (1885) : description du travail des mineurs
Extrait du film de Claude Berri (1993)

- Valeurs des temps dans un récit au passé
- Les figures de style : comparaison, métaphore

1. Comment le roman met-il en scène la pénibilité du travail ouvrier ?

collectif | 55 min. | découverte

Introduction à la lecture cursive

Lecture et compréhension du texte

Lexique : "supplice" (l. 5); "fumant d'une chaude buée de lessive" (l. 11); "rauque" (l. 18; "le halètement" (l. 30.

Lecture analytique du texte à partir des remarques des élèves

Dramatisation / Comparaison / Métaphore

Réalisme / naturalisme

 

Support : Réponses aux questions (manuel p. 39)
Échanger et comprendre

• Maheu et ses compagnons sont des ouvriers haveurs : ils effectuent la tâche difficile d’abattre le charbon, c’est-à-dire de le décoller de la roche.

• Réponse ouverte.

Parcours A

1. Dans le premier paragraphe, le narrateur se focalise sur Maheu ; dans le second paragraphe, il offre une vision plus large et s’attache à l’ensemble des mineurs.

2. Le temps dominant du texte est l’imparfait de répétition : les conditions de travail décrites, loin d’être exceptionnelles et passagères, constituent le lot quotidien des mineurs, qui se répète inlassablement d’heure en heure, de jour en jour.

3. Les termes techniques liés au métier de mineur sont : havage (l. 12), taille (l. 22), houille (l. 27), rivelaines (l. 29).
4. a. Les conditions de travail sont éprouvantes : manque d’air (l. 2), manque de lumière (l. 3-4), température élevée (l. 1), humidité (eau qui suinte de la roche et tombe goutte à goutte sur le visage de Maheu, l. 5), coups sourds des rivelaines (l. 29).

    b. Cette fournaise, située dans les profondeurs de la terre, et où s’agitent des formes spectrales, n’est pas sans rappeler l’enfer (annoncé par le terme supplice, l. 5). Le second paragraphe développe l’idée avec les expressions l’air mort (l. 18), les ténèbres (l. 18), un noir inconnu (l. 19), des points rougeâtres (rappelant le feu, l. 21), une nuit profonde (l. 24), formes spectrales (l. 24), pesanteur de l’air (l. 31-32).

5. a. Les quatre éléments semblent s’acharner sur les hommes : le premier est la terre où travaillent les haveurs ; le second est le feu avec cette température étouffante (jusqu’à trente-cinq degrés, l. 2) ; le troisième est l’air (le narrateur indique que l’air ne circulait pas, l. 2, et que l’étouffement à la longue demeurait mortel, l. 2-3) ; le quatrième, l’eau qui suinte de la roche et enveloppe les mineurs d’humidité.

    b. Maheu et ses compagnons risquent d’être étouffés et aveuglés par les poussières de charbon qui tombent de la roche, si proche de leur visage. La comparaison qui clôt le premier paragraphe ("ainsi qu’un puceron pris entre deux feuillets d’un livre", l. 13-15) assimile Maheu à un minuscule insecte en danger de mort, et souligne l’extrême vulnérabilité des mineurs.

6. Les formes spectrales désignent les mineurs qui s’agitent et que l’on entrevoit dans les ténèbres à la lueur des lampes : Zola confère une dimension fantastique à la scène en assimilant les mineurs à des spectres.

 

Parcours B

Cet extrait est caractéristique de l’écriture naturaliste : il présente un intérêt documentaire et constitue en même temps une illustration de la puissance de l’univers zolien.

Le travail des haveurs consiste à abattre le charbon, c’est-à-dire à le décoller de la roche en tapant, avec un outil appelé la rivelaine. Les conditions de travail sont éprouvantes : il fait noir (il semblait que les ténèbres fussent d’un noir inconnu, l. 18-19), la chaleur est extrême (la température montait jusqu’à trente-cinq degrés, l. 1-2), l’air ne circule pas (l’étouffement à la longue devenait mortel, l. 2-3), l’atmosphère est humide : l’eau suinte de la roche et tombe goutte à goutte sur le visage de Maheu (Mais son supplice s’aggravait surtout de l’humidité, l. 5).

Les quatre éléments semblent s’acharner contre les hommes. Le premier élément est la terre : les mineurs travaillent dans le monde souterrain, milieu hostile à l’homme. Le second élément est le feu : la température montait jusqu’à trente-cinq degrés (l. 1-2), cette lampe, qui chauffait son crâne, achevait de lui brûler le sang (l. 4-5). Le troisième élément est l’air : le narrateur indique que l’air ne circulait pas (l. 2). Le quatrième élément est l’eau : humidité (l. 5), La roche [...] ruisselait d’eau (l. 5-7), de grosses gouttes (l. 7), trempé (l. 10), chaude buée (l. 11), une goutte (l. 11).

La mine s’apparente à l’enfer : c’est un lieu où règnent les ténèbres, on y respire un air de mort (l’air mort, l. 18), les sons sont assourdis (voilés et comme lointains, l. 17), on entend le halètement des poitrines (l. 30-31). Les lumières des torches, les chapeaux de toile métallique (l. 21), les reflets du charbon (un reflet de cristal, l. 28-29) jettent des lueurs inquiétantes où apparaissent des points rougeâtres (l. 21) et dansent des formes spectrales (l. 24). La mine est présentée comme un lieu de supplice (l. 5) où les souffrances des mineurs rappellent celles des damnés. Ils sont dans l’obscurité complète (ténèbres, l. 18) et subissent de véritables tortures : Maheu reçoit de grosses gouttes continues et rapides, tombant sur une sorte de rythme entêté (l. 7-8). L’eau devient un élément doué d’une cruauté diabolique : elles battaient sa face, s’écrasaient, claquaient sans relâche (l. 9). Même les lampes sont des instruments de torture : cette lampe, qui chauffait son crâne, achevait de lui brûler le sang (l. 4-5).

Les notations auditives et visuelles contribuent à conférer à la mine un aspect irréel. Les lois de l’acoustique sont comme abolies : les coups de rivelaine sont voilés et comme lointains (l. 17) : des formes spectrales, qui ne sont autres que les mineurs, s’agitent dans l’obscurité, à la lueur des torches. On distingue également des bribes de corps humains : une rondeur de hanche (l. 25), un bras noueux (l. 26), une tête violente (l. 26).

 

Bilan Le naturaliste Émile Zola dénonce la pénibilité du travail ouvrier et en particulier ici le travail des mineurs. Il lance un appel à la pitié et à la prise de conscience de tous : l’homme ne peut ainsi être exploité par ses semblables, et si la société n’évolue pas vers l’instauration d’une justice sociale, la révolte sera inéluctable. Il donne à la scène qu’il décrit un aspect irréel, quasi fantastique, en comparant les mineurs à des spectres qui s’agitent dans les ténèbres.

 

HDA : Adaptation du roman pour le cinéma, film de Claude Berri

Projection d'un extrait  en lien avec le texte

Manuel pp. 50-51 :  Analyse de photogrammes

 

2. Travail en îlots

groupes de 4 | 55 min. | recherche

Montrer que Zola transfigure la description du réel en une vision saisissante, quasi fantastique.

A partir de l'analyse faite en classe, approfondissement  à partir du parcours B proposé p. 39 : 30mn

Mise en commun

Bilan : rédaction individuelle puis mise en commun

TAF : Lire attentivement le texte 3, p. 42 et compléter la feuille de lexique.

Rédiger les réponses aux questions 1 et 2, p. 43.

5

Texte 3 : L'enfer des grands magasins

Dernière mise à jour le 14 août 2018
Discipline / domaine
Culture littéraire et artistique
Objectif
- S'interroger sur la manière dont les personnages sont dessinés et sur leur rôle dans la peinture de la réalité.
- Savoir analyser en contexte l'emploi d'unités lexicales, identifier un réseau lexical dans un texte et en percevoir les effets.
- Identifier les classes de mots et mise en évidence de leurs propriétés.
- Utiliser à bon escient les principales règles grammaticales et orthographiques.
Durée
220 minutes (2 phases)
Matériel
Manuel pp. 42-43 et 40-41 + 302-305 + 340-341
Informations théoriques
Texte extrait du roman de Zola Au Bonheur des Dames (1883)

- Les expansions nominales
- Révision des classes de mots
- Exercice de réécriture : l'accord du participe passé (p. 42 et pp. 340-341)
- Dictée préparée

1. Comment Zola rend-il compte de la pénibilité du travail féminin ?

collectif | 110 min. | découverte

Texte 3 extrait du roman de Zola Au Bonheur des Dames (1883) : les grands magasins

Lecture et compréhension

Lexique du texte + Du latin au français : "travail" et "torture"

Lecture analytique à partir des observations des élèves

Support :  Réponses aux questions p. 43

Échanger et comprendre

• Denise exerce le métier de vendeuse dans un grand magasin.

• Réponse ouverte.

Analyser

1. Denise est une jeune fille mince, ayant l’air fragile.

2. Les souffrances endurées par Denise

Origine de la douleur

(conditions de travail)

 Souffrances physiques Souffrances morales

– les paquets de vêtements à porter (l. 1-2) ;

– Toujours debout (l. 6) ;

– mal nourrie, mal traitée (l. 19).

– bras cassés (l. 2), courbatures, épaules meurtries (l. 2-3) ;

– ses souliers la font souffrir (l. 4) : pieds enflés, ampoules (l. 8, 10) ;

– fatigue, délabrement du corps entier (l. 11).

– crises de larmes le soir dans sa chambre (l. 21).

 


3. Sa chambre est le seul endroit où elle peut pleurer : le seul endroit où elle s’abandonnait encore à des crises de larmes (l. 20-21). Mais elle doit y endurer un froid terrible (l. 22).

4. a. b. Les expressions "sa bonne grâce à souffrir" et "l’entêtement de sa vaillance" signifient que Denise demeure forte : son courage et sa volonté inébranlables lui permettent d’endurer la souffrance et de résister à la fatigue et à la peine.

5. a. Les autres vendeuses doivent quitter leur travail parce qu’elles sont épuisées, tombent malades (atteintes de maladies spéciales, l. 13) et ne possèdent pas la force de caractère de Denise pour résister.

    b. Denise possède en effet les qualités qui lui permettront de réussir son ascension sociale : endurance, courage, faculté de surmonter son désespoir et de sauver les apparences (elle demeurait souriante et droite, lorsqu’elle défaillait, l. 14-15).

6. Zola est certes enthousiasmé par le progrès et la révolution industrielle, mais il émet des réserves et des mises en garde : le progrès ne doit pas se faire au détriment des hommes et des femmes, il doit améliorer leurs conditions de vie et non les dégrader.

 

Bilan

• Denise est employée comme vendeuse au Bonheur des Dames ; elle effectue un travail éprouvant : lourds paquets à porter, position debout impliquant une extrême fatigue physique, devoir d’être cependant toujours souriante.

• Mais Denise possède des ressources physiques (endurance, acceptation de la souffrance) et morales (courage, entêtement) qui lui permettent de résister.

• Zola dénonce les conditions de travail auxquelles sont soumis les employés et ouvriers en cette période de révolution industrielle : le personnage de Denise incarne la souffrance au travail contre laquelle il s’élève.

 

Textes complémentaires : George Sand Horace (1840) et Zola L'Assommoir  (1877)

Quelle place la société du XIXe siècle fait-elle aux femmes ?

Bilan : L’évolution sociale à partir des années 1830 a vu naître le travail en association en même temps que l’émancipation des femmes. Les premières associations féminines se sont développées dans les ateliers de couture.
 

Dictée préparée : Texte 3,  l. 1 à 6 ( > "légères.")

TAF : Dictée préparée à consolider pour la prochaine séance : évaluation.

 

2. Outils de la langue

collectif | 110 min. | entraînement

Les classes de mots > Les expansions nominales

Vérification des acquis concernant les classes grammaticales : évaluation diagnostique

Manuel pp. 302-305

Exercice de réécriture : l'accord du participe passé

Manuel p. 42; 340-341.

!!! Préparer une évaluation sur les classes de mots, les expansions nominales.

6

Ecriture : La description réaliste d'un lieu

Dernière mise à jour le 14 août 2018
Discipline / domaine
Langage oral et écrit
Objectif
- En réponse à une consigne d'écriture, produire un écrit d'invention s'inscrivant dans un genre littéraire du programme, en s'assurant de sa cohérence et en respectant les principales normes de la langue écrite.
Durée
110 minutes (1 phase)
Matériel
Manuel p. 52, pp. 302-305; 366.
Informations théoriques
- Les figures de style : comparaison, métaphore, énumération
- Les expansions nominales
- Les connecteurs spatio-temporels

1. Pour lire et s'exprimer

collectif | 110 min. | entraînement

Manuel p. 52

Exercices sur les figures de style, les expansions du nom, les connecteurs spatio-temporels.

Utilisation du dictionnaire.

Sujet : Décrire en quelques phrases un lieu que vous aimez ou que vous détestez.

Construire ensemble les critères de réussite, d'évaluation.

7

Texte 4 : Loisirs et festivités au XIXe siècle

Dernière mise à jour le 14 août 2018
Discipline / domaine
Culture littéraire et artistique
Objectif
- Comprendre quelles sont les ambitions du roman réaliste ou naturaliste au XIXe siècle en matière de représentation de la société.
- Lire, comprendre et interpréter des textes littéraires en fondant l’interprétation sur quelques outils d’analyse simples.
- Être capable de justifier son interprétation en s’appuyant précisément sur le texte.
- Être capable de transférer dans ses propres écrits le lexique, les tournures syntaxiques découverts lors de lectures.
Durée
275 minutes (3 phases)
Matériel
Manuel pp. 44-47; 58
Dictionnaire
Informations théoriques
Textes extraits de "La femme de Paul" (1881), Bel Ami (1885) de Maupassant, Madame Bovary (1856) de Flaubert,

Exploiter les procédés d'analyse mis en place au cours des séances précédentes

1. Comment le récit présente-t-il loisir et festivité du XIXe siècle ?

groupes de 4 | 110 min. | découverte

Investissement du travail d'analyse fait sur les textes précédents.

Travail d'analyse en îlots qui vont faire la lecture analytique et la présentation d'un des textes du corpus :

-  p. 44 : "Promenade du dimanche", texte extrait de "La Femme de Paul", La Maison Tellier (1881), Maupassant.

-  p. 46 : "Soirée au bal", texte extrait de Madame Bovary (1856), Flaubert.

-  p. 58 : "Une soirée aux Folies Bergères", texte extrait de Bel Ami (1885), Maupassant

Rechercher un autre exemple ...

Une phase pour l'analyse et une phase de mise en commun avec prise de notes.

2. HDA : Peindre les réalités d'une époque

binômes | 110 min. | recherche

Séance au CDI ou en salle informatique ou IPad

Scènes de vie quotidienne et de travail en peinture

Chaque binôme présente le tableau du XIXe siècle qu'il a mis sur l'ENT (peintre et sujet).

Préparer le tutoriel, une liste d'oeuvres (tirées au sort)

3. Conclusion

collectif | 55 min. | mise en commun / institutionnalisation

Loisirs et  festivités

Peinture : Auguste Renoir : Danse à la campagne et à la ville, deux toiles de 1883

 

Musique : Découverte en deux temps de La Symphonie fantastique de Berlioz, "drame instrumental" de 1855 : ici le lien avec le réalisme (la suite sera entendue en fin de séquence pour introduire le fantastique)

Extrait du "Programme" distribué : "il" = "un jeune musicien"

Deuxième partie

Un bal

    L’artiste est placé dans les circonstances de la vie les plus diverses, au milieu du tumulte d’une fête, dans la paisible contemplation des beautés de la nature ; mais partout, à la ville, aux champs, l’image chérie vient se présenter à lui et jeter le trouble dans son âme.

Troisième partie

Scène aux champs

    Se trouvant un soir à la campagne, il entend au loin deux pâtres qui dialoguent un ranz des vaches ; ce duo pastoral, le lieu de la scène, le léger bruissement des arbres doucement agités par le vent, quelques motifs d’espérance qu’il a conçus depuis peu, tout concourt à rendre à son cœur un calme inaccoutumé, à donner à ses idées une couleur plus riante. Il réfléchit sur son isolement ; il espère n’être bientôt plus seul… Mais si elle le trompait !… Ce mélange d’espoir et de crainte, ces idées de bonheur, troublées par quelques noirs pressentiments, forment le sujet de l’adagio. A la fin, l’un des pâtres reprend le ranz des vaches ; l’autre ne répond plus… Bruit éloigné du tonnerre… solitude … silence …

Ecoute des extraits

Découverte des autres parties pour introduire la séquence sur le fantastique.